OU COMMENT IL EST PASSÉ MAÎTRE DANS L'ART DE L'EXPLOITATION.

CHAPITRE III

Dans tout système d’exploitation, il n’existe que deux manières d’obtenir d’un être humain qu’il agisse contre son gré. Et ainsi le pousser à mettre en danger sa famille, ses proches et même jusqu’à trahir sa maâtrie. Que ce système fasse usage de la force ou de la douceur, de la violence ou de la manipulation; l’objectif reste le même, L’EXPLOITATION.

L’aliénation, dans un tel système, fait toujours suite à une extrême violence, comme durantes les razzias, la traite et l’esclavage. Ainsi la violence sert à déstabiliser et engendrer le chaos. Tandis que l’aliénation, assistée du conditionnement et de la division, modifie votre psychologie de manière durable. Quant au racisme, il n’est que le paravant défensif de l’oppresseur, pour servir de cloison étanche contre la victime.

LA PEUR DE L'INCONNUE

Souvent la peur de l’étranger provoque, par auto-défense, ce sentiment de méfiance et de rejet envers ce qui est différent. Mais rien d’insurmontable, une fois que la raison recouvrée en lieu et place de l’irrationnel, l’harmonie peut reprendre ses droits. Dans le cas du racisme, le raisonnement s’avère tout autre, car les enjeux tout-à-fait différents. Il n’y avait ni peur, ni inconnue, ni rien d’hostile chez les peuples d’Afrique. Parmi les nombreux témoignages des explorateurs de bonne foi qui avaient visité et parcouru le continent de long en large. Ils ne manquaient pas l’éloge du degré de civilisation, du bien-être et de la sécurité qui régnait dans nos royaumes. Là où l’Europe peinait encore à sortir de ses méandres moyenâgeuses, esclavagistes et rustres.

LE RACISME EST UNE I.A.M

Aussi, le racisme n’est pas un mécanisme d’autodéfense à proprement parler. Du genre de ceux que produit la peur de l’étranger. Mais un Instrument d’Assujettissement Mental (I.A.M), conçu pour justifier la mise en esclavage, à grande échelle, d’êtres humains. Et de toutes ses manifestations à travers les siècles, le capitalisme en est la forme la plus aboutie.

LE RACISME SERT À PRODUIRE DE L'IGNORANCE

Ainsi, le racisme n’a pas été conçu sur la peur des nations Nègres, comme danger immédiat ou envahisseur potentiel. Mais sur une volonté mercantile et machiavélique de conditionner l’opinion publique européenne. Ces nations esclavagistes vont ainsi proscrire et mettre sur le banc de l’humanité, le sort de tout un continent. Tant de femmes, d’enfants et d’hommes ont été arraché à leur terre natale et déporté, loin, si loin.

Le racisme feutré

Pour servir la convoitise des puissances coloniales qui y voyaient là, la promesse d’immenses profits. De mettre en valeur, au détriment des africains et des autochtones, les vastes contrées d’Amérique.

CIVILISATION DITE MODERNE

Ignorance

Il va sans dire que sans cette main-d’œuvre africaine,  ses connaissances, sa robustesse et sa résistante exceptionnelle. Particulièrement adaptée au défi amazonien qui avait décimé toutes les tentatives du colon de cultiver cet enfer vert. Ce désastre humain qu’il nomme « civilisation moderne », n’existerait pas.

CASTRATION MENTALE ET SPIRITUELLE

Dès son arrivée sur le domaine de la plantation, l’esclave était convertis de force aux croyances du maître. Là où aucun remède, ni drogue ne pouvait servir d’asile à sa condition, la religion y tenait un rôle décisif. Entre implorations et prières pour soulager les douleurs insoutenables qu’une telle servitude, imposaient à ces pauvres âmes au quotidien. Néanmoins, c’est ainsi que le maître, entre punitions, sévisses et religion, cultivait la castration spirituelle et mentale de sa victime. Aussi toujours au chevet du système esclavagiste et du capitalisme qui lui succédera, le jeu des trois leviers de l’aliénation va s’articuler comme suit ;

CONDITIONNEMENT

1° Le CONDITIONNEMENT plonge la victime dans un état psychologique régressif. Il la rend étrangère à son ÊTRE tant physiquement, mentalement que spirituellement. Dans ce milieu carcéral à ciel ouvert qui règne dans la colonie, la victime cesse de s’appartenir. De tous les attributs ou presque qui symbolisent son humanité, seul subsiste le folklore et la subsistance. Elle est dépossédée d’elle-même, jusqu’à en devenir un bien meuble.

DIVISION

2° La DIVISION, telle une cage, produit un espace de confinement hermétique et invisible. Dans lequel la victime se trouve doublement piégée; isolée à la fois de son ÊTRE NATUREL et de SA PROPRE COMMUNAUTÉ. Diviser pour mieux régner permet de maintenir, sous bonne garde, l’état régressif de la victime. Afin qu’aucun élément subversif que le conditionnement n’aura pas soumis, ne remette en question l’autorité sacro-sainte du maître.

EXPLOITATION

3° Étrangère à elle-même et au sort de sa propre maâtrie, la victime demeure aliénée aux seuls intérêts du maître. Entre conditionnement et division, elle demeure incarcérée entre ces deux entraves qui cohabitent dans une même enveloppe charnelle. En vérité, il n’existe plus grande malédiction que l’on souhaiterait infliger à son pire ennemi. Et c’est ainsi que l’EXPLOITATION de la femme et de l’homme Noires se poursuit, pour que perdure la suprématie blanche.

Kem Fari
Maître Forgeron

De l’art de l’Exploitation version audio, durée 4:33

© Tous droits réservés. Toute reproduction de cet article, même partielle, est interdite sans l’autorisation de C.A.B Pharmatech.

Que pensez-vous de cet article ?
Le thème abordé est-il pertinent ?
Son contenu vous a t-il parut choquant ?

Laisser un commentaire

eleifend consequat. consectetur ut Aenean adipiscing non
0 Partages
Enregistrer
Partagez
Tweetez