OU COMMENT IL EST PASSÉ MAÎTRE DANS L'ART DU CONDITIONNEMENT.

Combien parmi nous osent se poser cette question; « Blanc existe t-il ? » Pourtant ce mot devenu anodin dans la conscience collective, est au cœur même des fondations du système de prédation culturel qui donnera naissance au capitaliste. Il en est l’alpha et l’oméga, la cellule mère. Aussi pour forcer l’aliénation à nous livrer tous ses secrets, il faut en briser la coquille. Afin de s’y introduire pour comprendre ses mécanismes sous-jacents et leurs portées sur nos moindres faits et gestes.

Blanc existe t-il ?

BLANC EXISTE T-IL ?

Pour ce faire, nous devons tout d’abord mettre définitivement à mal, le mythe du « BLANC SUPÉRIEUR ». Démystifier l’idéologie qui veut qu’être prétendument BLANC, c’est être SUPÉRIEUR.

CHAPÎTRE I

Dans ce premier chapitre qui en compte trois, nous allons aborder le thème du CONDITIONNEMENT. Une des armes de prédilection qu’utilise tout système colonial d’oppression et d’exploitation, pour altérer la psychologie de sa victime.

IL N'EXISTE PAS DE FEMME ET D'HOMME BLANC SUR TERRE

La toute première chose qu’il vous faut savoir, est QU’IL N’EXISTE PAS DE FEMMES ET D’HOMMES BLANCS SUR TERRE.

Au sens de la couleur de la neige, de la noix de coco, de la fleur de coton, du lait ou encore de la farine de blé, ou tout simplement la couleur qui sert fond à cette article. Depuis que nos ancêtres ont foulé la région des grands lacs africains, cela n’a jamais existé, aussi vrai que cela n’existera jamais. LE MOT « BLANC » N’EST QUE SUPERCHERIE. Et à ce niveau de réflexion, il n’est nul besoin d’avoir recours à la science, pour s’en convaincre. Mais seulement d’en appeler au bon sens dont nous sommes tous capables.

BLANC VERSUS BEIGE

Cette photo est une excellente illustration de notre propos.

Blanche ou Beige
Femme BEIGE vêtue de blanc (photo extraite de ROGUE ONE, a Star Wars Story, 2017)
Que voyons-nous sur cette photo : Une femme BLANCHE vêtue de BEIGE ? Ou une femme BEIGE, vêtue de BLANC ?

Car « BEIGE » est le mot qu’il faut appliquer à cette teinte de peau et ses nuances. Mélange de blanc et de marron, beige est le terme générique qui traduit le plus fidèlement possible, ce que nos yeux perçoivent. Sans possibilité d’erreur, d’interprétation, ou encore d’abstraction, avant que les filtres de l’aliénation, ne modifient notre perception de l’autre et de nous-mêmes.

Pas blanc, juste beige

MANIPULATION

Blanc ! Soit ! Qu'il le prouve ?

Certains y verront encore et toujours une femme blanche vêtue de blanc. Et ils vous diront que le mot « blanc » tel qu’utilisé n’a pas le même sens. Mais une couleur reste une couleur, et à chaque couleur sa représentation et sa dénomination. Si une couleur est utilisée à d’autres fins que sa définition initiale.

Faut-il encore prouver une corrélation, même fantaisiste, entre la couleur et l’objet ou la chose qu’elle est sensée représenter. Quand cette dite corrélation ne tient compte d’aucune réalité palpable et assez frappante, pour qu’elle tombe sous le sens commun. Alors c’est qu’il y a détournement et manipulation de la réalité, à d’autres fins que la vérité.

CRÉATION DE LA RACE BLANCHE

C’est ainsi qu’à partir du seizième siècle, le modèle d’organisation des sociétés européennes moyenâgeuses, reposant sur trois classes, va subir des modifications ;

  1. les « BLANCS » symbolisant la classe des nobles,
  2. les « ROUGES » celle de la chevalerie et des mercenaires,
  3. les « NOIRES » celle des cerfs, paysans et serviteurs, les exploités de tous temps.
Bleu blanc rouge classe et race

Soit dit en passant, BLANCS, ROUGES ET NOIRS, TOUS BEIGES PAR DÉFINITION BIOLOGIQUE, vont opérer un tournant radical, dans leur perception tripartite de la société. Précipitée par l’appât du gain exponentiel et l’accès à une nouvelle main-d’œuvre africaine. Une nouvelle idéologie va transcender leur organisation sociale pour y superposer une hiérarchisation raciale. ET LA RACE BLANCHE NAQUIE. C’est ainsi que le commerce BI-ANGULAIRE, Europe-Amérique, via la traite transatlantique va arracher à l’Afrique des millions d’êtres humains.

L’homme qui se dit « BLANCS, va les introduire dans les Amériques, pour y cultiver, dans des conditions inhumaines, les terres conquises sur le génocide des autochtones.

LE CLERGÉ CATHOLIQUE

Aussi les premiers à subir un conditionnement, sont ceux appartenant à la classe des « noirs ». Et le clergé catholique, avec ses bulles papales et son interprétation de la dite malédiction de Cham, en bon guide des consciences, va faire de l’homme africain, un animal à face humaine. Animal qu’il faut donc à tout prix civiliser, pour justifier la mise en esclavage d’êtres humains. Le clergé va s’avérer être le média de propagande le plus puissant de l’époque. Et imposer à l’opinion publique et jusqu’à nos jours, cette idée persistante qu’une race d’hommes est supérieure à une autre.

Le clergé catholique

CONDITIONNEMENT

Certains, en manque de répartie, vous diront qu’ils ne prêtent aucune importance à la notion de couleur. Car en effet, nous sommes tous des êtres humains. Pourtant, c’est bien à partir de cette couleur, du mot « Blanc » et de ce qu’il symbolise que va se bâtir cette idéologie de hiérarchisation raciale. Attaché jadis à la noblesse, c’est à ce mot et à lui seul que nous devons de subir cette réalité infernale. Avec son système, ses institutions et ses lois, servant de colonne vertébrale au capitalisme.

POURQUOI NOIR ?

Quant au qualificatif « noir », attaché aux serfs du moyen âge, il n’avait aucune corrélation avec la teinte de peau, des captifs réduit à la servitude. Peu importe la couleur de l’esclave, son usage culturel serait demeuré le même. Qu’ils proviennent d’Afrique ou de contrées slaves, le servage n’est qu’une des multiples formes de l’esclavage. C’est indépendamment de leur teinte de peau, que la femme et l’homme Noires ont été choisi et réduits en esclavage. Ils étaient les seuls à posséder les qualités exceptionnelles requises qu’imposait l’immense défi américain. Les seuls à permettre une rentabilité exponentielle qui propulsera les nations d’Europe du moyenâge à la civilisation dite « moderne ».

La Mélanine ce minerai Divin

Alors pourquoi le choix du mot « noir » qui symbolise cette classe sociale ?
Parce que dans la conception eurasiatique, le couleur « noire » est l’opposé du « Blanc » en toute chose. Tandis que dans la conception négro-Africaine, « Noir » est synonyme de complétude.

Ce dit de ce qui a atteint le niveau le plus élevé d’initiation. Dont la cuisson a surmontée tous les états intermédiaires, pour accéder au degré ultime du savoir initiatique.

TOUS NÈGRES

D’autres encore, tentant de balayer notre argument d’un revers de la main, vous diront que nous sommes tous noirs. Faisant référence à notre ancêtre commun, l’homme de Grimaldi, avant que ce dernier ne s’aventure hors de son berceau originel africain. Et ne s’adapte progressivement, et pour certains par dégénérescence, à ces nouvelles conditions géographiques et climatiques extrêmes. Aussi, répondez à ceux-là que lorsque nous serons tous sur le même piédestal. Entendez sur le même pied d’égalité et de liberté, tel que si fièrement proclamé par la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, nous pourrons fraterniser et deviser sur notre ancêtre commun. Mais en tout état de cause, la seule volonté de cette argument qui n’a d’impact que sa superficialité cadavérique, est de tenter, une fois de plus, et toujours avec la même bassesse intarissable, de rouler le Nègre dans la farine.

LES IRRÉDUCTIBLES...

D’autres irréductibles, définitivement réfractaires à toute autre perception que leur idéologie régressive et raciste, vous diront que vous n’êtes pas vraiment Noires. Essayant vainement, dans une dernière tentative puérile, de faire passer la victime en raciste à rebours. Alors, dites leurs haut et fort, à ces simples d’esprit, en costard cravate qui n’ont pas quitté leur caverne qu’ils disent moderne. Que bien avant qu’il n’existe des beiges déguisés en prétendue race blanche, il existait des femmes et hommes Noires.

MÉLANINE

Noires, avec toutes les nuances que mère nature put exprimer à travers la beauté faite humaine, sans idéologie aucune. avec pour symbole une tresse de cheveux Ainsi, nous utilisions une tresse de nos cheveux dans le « medu Neter » en guise de symbole. Ce afin de dont nous sommes si abondamment pourvu, pour caractériser un des attributs le plus frappant au sens de la vue. Conscient que cela ne s’appliquait pas seulement à la densité de la mélanine, ce corps chimique entre chose responsable de la couleur et de la protection de notre peau, mais aussi à nos traits morphologiques négroïdes les plus significatifs, hérités de notre vaste habitat naturel, l’Afrique.

Mélanine Divine

SUPRÉMATIE BLANCHE

Quelle est cette Abomination ?

Alors pour réfuter l’évidence même, à la façon des industries du tabac, pharmaceutiques, agroalimentaire pour ne citer qu’eux, ils utiliseront tous les subterfuges inimaginables. Il utiliseront la science de la mauvaise foi et des contres vérités, pour s’accrocher bec et ongles à une blancheur immaculée, qui n’existe pas. Fruit d’une théorie sortie tout droit d’esprits inachevés qui ne reculeront devons rien, pour que perdure la suprématie blanche.

PLUS JAMAIS LE NÈGRE D'UN AUTRE

Mais aujourd’hui, il n’est plus question de ce que prétendent la femme et l’homme blancs. Mais du choix conscient que vous ferez, d’accepter ou de refuser cet état de conditionnement abject que produit l’aliénation dans votre perception de l’autre. En mettant tout en œuvre, pour que nous cessions de nous percevoir sous le prisme de l’oppresseur. Et pour que notre descendance, ne soit plus jamais le nègre d’un autre.

Kem Fari
Maître Forgeron

De l’art du Conditionnement version audio, durée 7:54

© Tous droits réservés. Toute reproduction de cet article, même partielle, est interdite sans l’autorisation de C.A.B Pharmatech.

Que pensez-vous de cet article ?
Le thème abordé est-il pertinent ?
Son contenu vous a t-il parut choquant ?

Laisser un commentaire

venenatis sed mattis consequat. quis, dapibus libero nec at neque.
11 Partages
Enregistrer11
Partagez
Tweetez