COBAYASHI, LE COBAYE QUI SOMMEILLE EN CHACUN DE NOUS.

De qui êtes vous le cobaye ?

– « De qui êtes-vous le cobaye ? », ça nous le savons tous. Même le plus aliéné d’entre nous, le sait.
Mais comment opèrent les mécanismes de l’aliénation, pour nous programmer à demeurer des cobayes ?
Tel est le thème que nous vous proposons d’aborder dans cet article. Nous allons traiter du cobaye. Cobayashi, celui qui sommeille en chacun de nous et symbolise notre conscience plongée dans sa léthargie. Cette conscience qui attend génération après génération d’être délivrée des limbes de l’ignorance. Dans cet abîme où notre conscience a été si profondément enfouie, l’aliénation blanche tient le rôle de camisole de force et le système de pièce capitonnée.

IDÉOLOGIE CONSACRÉE

Avec ses institutions nationales et internationales, ses organisations dites non gouvernementales, ses lois et ses agents, dormants où actifs, lambdas ou assermentés, aux déguisements et attributions multiples et variées, sans parler de ces nombreux autres paravents faisant office de couverture légale, consciemment ou inconsciemment, tous œuvrent au service de l’idéologie consacrée.

À RÉSIDENCE FORCÉ

Astreinte à résidence mentale

L’aliénation nous astreint à résidence mentale, tandis que le système nous maintient à résidence forcée. L’un est physique et l’autre psychologique. L’un fait office de contenu et l’autre de contenant. Dans ce cas de figure, c’est l’aliénation de l’ÊTRE qui impose dégradations, séquelles et limitations au corps humain et à ses moindres faits et gestes. Parce que l’aliénation et ses multiples rouages entravent la victime de l’intérieur.

Car ne pas se comprendre, c’est ne pas se savoir, c’est donc s’ignorer. Et c’est en cela que l’aliénation agit sur notre conscience. Afin que nous restions à l’écart des moindres sursauts de notre esprit critique. L’aliénation cultive notre ignorance, de la façon la plus insidieuse qui soit.

PIEDS ET MAINS LIÉS

Physique, parce que derrière cette illusoire sensation de liberté matérielle, basée sur un nombre de droits et de devoirs distribués, en apparence, équitablement par la constitution du maître, nous sommes pieds et mains liés. Mentale, car l’aliénation agit comme un mille feuilles. Où il faut avoir lu le livre jusqu’à la fin, pour en connaître le dénouement. Et se rendre à l’évidence que la victime à laquelle il fait référence, n’est autre que nous.

Certes, en parcourir quelques chapitres suffit à la survie, mais jamais assez pour savoir lire entre les lignes du système et en comprendre les bas-fonds.

Camisole de force et pièce capitonnée.

L'IGNORANCE

L’ignorance n’est pas l’absence de tout savoir. Aussi le cobaye évolue dans un fatras d’idées toutes faites à son divertissement. Pour sans cesse détourner son attention, organisant ainsi, en contrepartie du plus lourd tribut qui soit imposée à âme qui vive, que l’offrande de sa vie, les contours de ses œillères dans ce labyrinthe à niveau d’aliénation multiples, appelé le système capitaliste.

LE NÈGRE DE LA MAISON DU MAÎTRE

Aussi le cobaye est dans une expectative sans fin. Spectateur aux mimiques prédéfinies, il assiste inlassablement au même kaléidoscope de la suprématie blanche. Où tour à tour, il se voit osciller entre rires volcaniques aux contorsions à la limite du corps humain, entrecoupés de suspenses insoutenables, puis de tristesses mortuaires. Telles sont les trois répliques rudimentaires auxquelles se limite sa figuration, son jeu de NÈGRE DE LA MAISON DU MAÎTRE. Figurant malgré lui, sujet impuissant d’une expérience plusieurs fois séculaires, le cobaye est un ÊTRE pétrie d’émotions qui voudraient le tenir, à tout prix, loin de toute forme de raisonnement salvateur.

MISE-À-JOUR DE SYSTÈME

Alors pour que le puissant charme de l’aliénation ne soit jamais rompu. Pour que la victime ne quitte jamais son état d’ébriété mentale et spirituelle. Et que le cobaye continu d’interpréter avec brio sa réplique du bon NÈGRE INFATIGABLE SERVITEUR. Le système a inlassablement besoin de mise-à-jour. Pour parer aux pressions de plus en plus incisives de chaque nouvelle génération de cobayes. Malgré tant de siècles de conditionnements, de divisions et d’exploitations, afin d’éviter que certaines victimes ne parviennent à passer à travers les mailles du système.

NOUS SOMMES LÉGIONS

Car nous sommes légions qui ne voulons plus amuser la gallérie pour le confort, le bien-être et la sécurité du maître. Nous sommes légions, dans le CONSTAT DE CETTE ANORMALITÉ RÉDHIBITOIRE ET ABOMINABLE qui occupe chaque espace, chaque faille, chaque fissure, jusqu’à la semence même de notre ÊTRE TENU EN OTAGE par l’aliénation blanche. À QUESTIONNER ENCORE ET ENCORE le bien-fondé du malin marionnettiste, dont nous connaissons toutes les infamies.

Indépendantiste

Générations après générations, nous sommes légions qui CHERCHONS LA SOLUTION qui mettra un terme définitif à toutes souillures entravant notre marche vers la LIBERTÉ.

Kem Fari
Maître Forgeron

De qui êtes-vous le cobaye, version audio, durée 4:38

© Tous droits réservés. Toute reproduction de cet article, même partielle, est interdite sans l’autorisation de C.A.B Pharmatech.

Que pensez-vous de cet article ?
Le thème abordé est-il pertinent ?
Son contenu vous a t-il parut choquant ?

Laisser un commentaire

ante. risus. libero nec et, mi, tristique dapibus pulvinar Curabitur lectus
4 Partages
Enregistrer4
Partagez
Tweetez