OU COMMENT MANIPULER L'INCONSCIENT COLLECTIF

NUL N'EST SENSÉ IGNORER L'HISTOIRE

Pour qu’un système d’exploitation soit pleinement opérationnel, il lui faut au moins deux types d’aliénés, la victime et l’oppresseur; l’oppresseur étant le plus aliéné des deux. Aussi dans tout système, nul n’est sensé ignorer la loi, comme nul ne devrait ignorer L’HISTOIRE. Car l’histoire est le socle premier de tout fondement civilisationnel. C’est sur ses tumultes que telle une barque la société vogue.

Système d'exploitation

Ainsi, tout ce qui émane de la nature non apaisée de l’homme, lie son présent à son future, par l’inéluctable répétition de son passé.
Manipuler l’histoire, c’est manipuler la conscience collective de tout un peuple. Afin de cultiver en lui une perception erronée de l’autre, de la réalité qui l’entoure et de lui-même.

L'AVALEUR D'OMBRES

Cet article sera pour nous l’occasion de nous aventurer dans la vallée de l’ombre. Dans ce paradigme aux contrées arides où l’homme n’est qu’un loup l’homme et où seule la loi de la jungle et la religion sont prétextes à civiliser par le sang.

LA VICTIME OU L'OPPRESSEUR ?

Et c’est en cela que bien trop souvent, la victime se complait dans sa position subalterne. Sans toute fois tenter d’avoir une vision globale de la causalité et ses subtiles interactions qui conduisent inéluctablement, à cet état de fait qui justifie le système d’exploitation en place.

Quand à l’oppresseur, convaincu d’être dans son bon droit, ne reculera devant aucun subterfuge, pour souiller encore et encore le peu d’humanité qu’il lui reste à fond de cale.

De la victime ou de l’oppresseur, en définitive, aucune position n’est enviable. Tout deux aliénés par opposition, conviés à une mise en scène des plus macabres de la société où le fiduciaire règne en maître attaché à ses suppôts bancaires.

Quelque soit la part d’ombre qui sévit en chacun,… croyons indéfectiblement au libre arbitre.

De toutes les matières, nous sommes la première de ce système d’exploitation.

ALIÉNÉ PAR EXCELLENCE

Dans cet article, nous allons parler de cet aliéné par excellence qui cultive une position idéologique éminemment destructrice pour l’espèce humaine. Dotée de cette armure psychologique, ou l’immense majorité ne sert que de faire valoir et de marionnette. Mais en définitif elle demeure, comme à l’image de ses serfs ancêtres, toujours cet esclave, passant d’un système d’exploitation à un autre et d’une époque à une autre, dans l’art de courber l’échine avec aisance.

Alors en échange d’une liberté mirage, durant sa traversé du désert, elle cultive sa servitude jusque dans les abysses de ses gènes, pour le compte de la descendance ceux-là même dont jadis le même concept asservissaient déjà leurs ancêtres.

BLANC OU MAÎTRE, QUE CHOISIR ?

SI JE NE SUIS PAS BLANC QUE SUIS ?

Avez-vous déjà eu l’occasion de discuter avec un « blanc », sur ce qu’il entend par cette appellation grotesque imposée à l’inconscient collectif ?

Vous seriez fort surpris du type de réponse qu’il pourrait vous faire.

Car vous imaginez bien qu’à un moment ou un autre de l’existence, la question se pose naturellement d’elle-même, ne serait-ce qu’en apercevant son reflet dans le miroir.

– À l’évidence, je ne suis pas blanc. Alors si je ne suis pas blanc, telle que la teinte de ma peau et ses nuances blafardes me le démontre, pourquoi donc me nomme t-on ainsi ?

À part quelques exceptions près, rarement de bonne foi, mais bien conscient de la monstrueuse supercherie, la majorité sera incapable d’arpenter un raisonnement intellectuel sain et délivré de tout complexe de supériorité.

Car ils souffrent du même type de cécité psychologique et mentale dont souffrent la femme et l’homme Noires; l’ALIÉNATION.

Pour la plupart d’entre eux c’est simplement une évidence qui ne mérite pas d’être remise en question, car cette couleur ne réfère pas à une teinte de peau, mais à un code qui satisfait à une définition. Celui et celle qui en possède le code accède à sa définition.

Le blanche et la blanche lambda que vous croisez dans la rue n’est pas conscient de son degré d’aliénation. Il est fort à parier qu’il n’est pas issu d’une lignée de seigneurs appartenant à la noblesse et faisant de lui un blanc, par définition sociale. Il y a bien plus de probabilité qu’il ait appartenu à la classe des serfs au service d’un noble.

Ce n’est pas de la classe des serfs que cette idéologie à pu voir le jour et y être cultivé. Parce qu’ils étaient eux-mêmes asservis.

Aussi, le conditionnement qu’a subit l’africain durant l’esclavage était en parallèle orchestré par les nations dites blanches sur ce qui allait devenir l’opinion publique.

Ils ignorent eux-même qu’ils ne sont que les instruments d’une machination en haut lieux, dont-ils ne sont que les rouages, des petits soldats, mis à disposition du système…

Suis-je réellement blanche, est la première question qui saute aux yeux de la plupart d’entre eux. Pas tous, car l’aliénation les a frappée les premiers, et bon nombre d’entre eux ne remettent pas la chose en question, car ils n’en ont pas les outils nécessaires, comme bon nombre de mes soeurs er frères.

Lorsque vous dites « blanc », cela revient à simplement dire, « mon seigneur, ma seigneurie, ou maître » ou tout autre expression s’y rapportant, comme cela se pratiquait durant le moyen âge. qui correspond à la définition attachée à ce mot et ce qu’il symbolise.

Aussi, lorsque vous dites, blanc, vous dites maître. Peu importe ce que vous y mettez avant ou après, il est implicite que vous vous adressez à votre maître. Peu importe les griefs que vous avez à son encontre, vous proférez le lien subalterne qui vous lie à lui.

Lorsque vous dites Noir, vous faites référence à une morphologie et une teinte de peau et ses différentes nuances, jusqu’au marron le plus claire, évoluant jusqu’au beiges et ses autres nuances.

Tandis que lorsque vous faites référence au mot blanc, ce n’est pas à une teinte de peau, mais à une position idéologique. De sorte que celui qui se dit blanc et se fait appeler comme tel, à bien conscience de ne pas être de teinte blanche. de ce à quoi se réfère cette définition et son champ sémantique.

Beige, c’est beige. Un point c’est tout.

Une fois cela bien intégré, vous avez démonté le premier pilier de l’aliénation. Celui qui consiste inconsciemment à vénérer votre ennemi, en amplifiant l’énergie du nom qu’il s’est donné pour vous soumettre.

Kem Fari
Maître Forgeron

© Tous droits réservés. Toute reproduction de cet article, même partielle, est interdite sans l’autorisation de C.A.B Pharmatech.

Que pensez-vous de cet article ?
Le thème abordé est-il pertinent ?
Son contenu vous a t-il parut choquant ?

Manipuler l’histoire, c’est manipuler la conscience collective d’un peuple, afin de produire en lui une perception erronée de l’autre, de la réalité qui l’entoure et de lui-même.

Manipuler l’histoire, c’est manipuler la conscience collective d’un peuple, afin de produire en lui une perception erronée de l’autre, de la réalité qui l’entoure et de lui-même.

Manipuler l’histoire, c’est manipuler la conscience collective d’un peuple, afin de produire en lui une perception erronée de l’autre, de la réalité qui l’entoure et de lui-même.

Manipuler l’histoire, c’est manipuler la conscience collective d’un peuple, afin de produire en lui une perception erronée de l’autre, de la réalité qui l’entoure et de lui-même.

Manipuler l’histoire, c’est manipuler la conscience collective d’un peuple, afin de produire en lui une perception erronée de l’autre, de la réalité qui l’entoure et de lui-même.

Manipuler l’histoire, c’est manipuler la conscience collective d’un peuple, afin de produire en lui une perception erronée de l’autre, de la réalité qui l’entoure et de lui-même.

Laisser un commentaire

ut ut eleifend Lorem neque. commodo nec
0 Partages
Enregistrer
Partagez
Tweetez