Quelle est la stratégie du racisme ?

Le racisme repose sur deux choses:

– Il sert à cultiver une perception idéologique très spécifique chez l’oppresseur. C’est-à-dire qu’il produit un type conditionnement qui va démultiplier le nombrilisme. Et pour créer ce dernier, il lui faut un terrain culturel très propice à l’émergence d’une telle idéologie. Ce terrain propice est le patriarcat. Il serait long de détailler tous les éléments qui ont contribué à l’émergence d’une telle vision du monde. Néanmoins sans ce terrain fertile, ce monde abject qu’ils nomment civilisation, ne sévirait pas sur terre.

– Et dans le même temps, il doit aussi fournir à la conscience un puissant alibi qui permet de justifier la perpétuation, sans limite de temps et d’atrocités, d’actes criminels portant gravement atteintes à l’essence même de l’humanité.

ON NE NAÎT PAS RACISTE

Il va de soit qu’on ne naît pas raciste, on le devient. Ou plus précisément, l’homme qui se dit blanc ne naît pas raciste, il le devient parce que cette idéologie est inscrite dans ses gènes culturels. Combien même, son identité culturelle la porterait en lui, il ne l’est pas à sa naissance. Aussi pour que cette idéologie se matérialise dans son être, il faut l’activer. Système  Et si l’éducation parentale ne s’y oppose pas, l’éducation collective s’en charge tout naturellement.

Le racisme de surface et des mots, des expression, ne suffit pas à faire comprendre sa raison d’être et d’agir sur ses marionnettes. Pour ne pas subir le racisme et pour ne pas en être soi-même la victime, il est bon de s’introduire dans son antre…

L’idéologie selon laquelle, une race d’homme est supérieure à une autre, n’est autre qu’un concept ultra et supra communautaire. Dans ce concept il était question que les nations européennes s’entendent sur tacite sur la définition commune à donner à cette main-d’oeuvre africaine qu’ils convoitaient pour exploiter les terres d’Amérique volées aux autochtones.

Il ne s’agissait pas de haïr pour haïr. Mais de produire une perception idéologique qui justifierait le bien-fondé de réduire en esclavage, des êtres de la même espèce et par le même coup de civiliser.

L’esclavage chez les peuples eurasiatiques est une pratique naturelle

Il s’agissait d’orchestrer une stratégie qui allait modifier la définition même du commerce et des échanges. Cela va produire des rentes d’un volume jamais égalé, dans l’histoire de ces peuples. Un commerce si horrible que les tréfonds de la bête, une lueur de conscience, lui rappelait à quel point cela était contre nature. Alors, il fallait nourrir sa bonne conscience d’un sentiment légitime de faire le bien de ces âmes réduites à la plus inhumaine des servitudes

Il fallait un concept qui réglemente en quelque sorte et limite certains conflits d’intérêts qu’un tel commerce pause à la conscience humaine.

C’est une des raisons qui va faire naturellement intervenir l’église catholique comme le média absolu de l’époque. celle qui va permettre à toutes les nations européennes engouffrées dans ce commerce contre nature, de régler la question africaine. Afin de répandre l’idée dans le manuel religieux que ces femmes et ces hommes, ainsi que leurs descendants, étaient frappé d’une malédiction éternelle.

illimité qu’offrait l’afrique de mettre en co

Kem Fari
Maître Forgeron

© (Tous droits réservés. Toute reproduction de cet article, même partielle, est interdite sans l’autorisation de C.A.B Pharmatech)

Laisser un commentaire

0 Partages
Enregistrer
Partagez
Tweetez